Archive pour février, 2010

D’autres trucs à moi

Posted in Uncategorized on février 22, 2010 by odasselin

(photo:oda)

Le « What Cheer? Brigade » au Honkfest 2007 un festival de fanfares radicales.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
Texte que j’ai composé au Sénégal en 2003. Il porte sur un événement anthropologique intéressant : le rassemblement d’une petite communauté de village autour d’un poste de télé chez le chef du village. (La qualité n’est pas parfaite mais en agrandissant l’image, elle se lit)
La lutte sénégalaise 2003

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
Texte que j’ai composé en 2008 au sujet de la culture au Québec
L’aculture américaine

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Quelques vidéos grapillés ici et là

Posted in Uncategorized on février 22, 2010 by odasselin

Dire le vrai.

Documentaire de Nuria Vila et Marcelo Expósito sur un commando rose. Utilisation de l’absurde pour déconstruire les mythes servant à justifier la répression.
Tactical Frivolity

Documentairede Jorge Furtado qui joue à fond la carte du cadre informatif pour indigner voire dégouter le « regardant ».
L’Ile aux fleurs

The Yes Men qui se bidonne en faisant marcher tous les représentants de l’industrie pétro-chimique.
The Yes Men

D’autres trucs qui traînaient sur le net

À l’âge de toutes les extrêmes, l’humain réalise un de ses plus vieux rêves. Nouvelles perspectives. (réalisation : Comage)

*  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  * *  *  *  *  *  *  *
Oeuvre du « graffiti artist » Banksy

*  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  * *  *  *  *  *  *  *

MES PHOTOS – L’ARGENTINE

Posted in Uncategorized on février 21, 2010 by odasselin

vanité

Une route dans les Andes. La route bétonnée est en soi symbole de voyage et de liberté (à la Kerouak). La composition accentue l’effet de vastitude. Selon les lois de la composition graphique de Vassili Kandinsky, le tracé de la route qui part du coin inférieur gauche et qui se perd autour du centre de l’image peut représenter un passage d’une réalité très terre-à-terre -accrochée aux bordures du cadre- à la disparition dans l’infini que le point central symbolise.
La disposition du point de vue directement sur la ligne de démarcation entre le béton et la terre battue contribue également à objectiviser la perspective et à la détacher d’une appartenance à la route ou à la terre.

Le progrès

Posted in Uncategorized on février 21, 2010 by odasselin


Une image qui parle très bien de son époque ; nettoyage en cours du vestige d’un monde biologique disparu dans une mégapole crasse. Exécution sommaire d’une incongruité biologique malade devant la façade ultra moderne d’un édifice aseptisé. Autre indice: époque qui témoigne d’un État archaïque (mal équipé), impuissant (3 gars qui regarde le seul qui travaille) et dépassé par les événements (un questionnement semble les occuper tous).
J’ai désaturé l’image pour accentué la mise en scène et l’universalité du drame.

La perruque

Posted in Uncategorized on février 21, 2010 by odasselin

Un moment magique capté sur le vif comme un cadeau de la vie, qui semble se positionner pour le seul plaisir du photographe. Une grande histoire contenue dans une image figée, histoire de surcroît extensible selon l’imagination du spectateur.

Les écrasés

Posted in Uncategorized on février 20, 2010 by odasselin

L’image publicitaire dans ses pires manifestations. Dans la mégapole de Buenos Aires, le rapport entre l’absence d’éthique des entreprises et le manque de moyens de la population est tel que de véritables kamikaze sont engagés pour exhiber quelques images commerciales de plus l’instant d’un feu rouge.
L’angle de prise de vue oblique accentue ici la puissance du mouvement d’une marée de véhicules impatients de décoller. Il illustre aussi la précarité des humains           tenant les panneaux. Enfin, cet angle permet aussi simplement de rentrer plus d’éléments dans le cadre.

Pleurs de bronze

Posted in Uncategorized on février 20, 2010 by odasselin

La tragédie de Marie entièrement portée par ses seuls yeux. Émotion amplifiée par les traînées de bronze sur les statues.